Mardi dernier, Je n'ai pas regarder Sarkozy qui passait sur France 2 afin de nous expliquer le programme qu'il compte nous proposer, alors qu'il n'a même pas appliquer celui des belles promesses de 2007.
Je suis tombé sur le discours de Jean-Luc Mélenchon. J'ai raté les dix premières minutes, mais j'ai entendu l'essentiel. Enfin, j'y reviendrai peut-être parce que cela mérite réflexions. En tout cas, j'ai en majorité aimé ce qu'il a dit. J'ai même passé une bonne soirée.

Hier, j'ai écouté les informations, afin de savoir ce qui se passe dans le monde politique de notre beau pays. Oui, je m'y intéresse fortement et d'ailleurs les élections approches à grands pas.

Et là, bien sûr, impossible d'éviter les « grandes lignes » du candidat-président. Toutes les chaînes et le web en parlaient.
Je suis donc tombé sur le JT de I-télé, parce qu'il faut bien scruter les autres chaînes d'info parfois et ne pas rester que sur BFMtv. Ce qui est intéressant, ce n'est pas tant le programmes que Sarkozy proposait sur France 2. Non, c'est ses « regrets ». Je suis tombé sur ces regrets.
Et j'ai écouté. Et là, je suis tombé sur une de ses phrases de soit-disant regrets.
Il parlait entre autre de son « regret » concernant l'homme qu'il avait insulté de « pauv'e con ». Il s'expliquait en disant aussi qu'il était malade, ce jour-là. Ce qui pour moi n'est en rien excusable. Parce qu'un super président comme il se voulait et se prétendait être ne doit en aucune manières montrer de faiblesses. Il n'a pas à se trouver d'excuses ! Surtout pas en disant qu'il était malade ! Franklin Delanoe Rossevelt, président des Etats-Unis d'Amérique, était atteint d'un cancer qui l'avait conduit sur un fauteuil roulant en pleine seconde guerre mondiale. Il en est mort quelques mois avant la guerre ! Il ne se plaignait pas lui ! Il a continuer à diriger sans pleurnicher et s'en prendre à son entourage et à son peuple. Plus proche de notre histoire, Georges Pompidou, président de la République française de 1969 à 1974 était malade aussi et malgré les critiques il a gardé sa fonction sans que le peuple et l'opposition de l'époque n'en sache rien. Il est mort pendant sa fonction. Voilà des hommes d'états. Sarkozy devrait s'en inspiré et rester un peu plus modeste et reconnaître ses erreurs sans se trouver d'excuses bidons pour, non seulement les erreurs politiques commises, mais aussi les insultes faites aux personnes qu'il a côtoyé !
Mais revenons à ces fausses excuses qui ressemblaient plutôt à des jérémiades d'un incapable qui a bâcler son travail et en accuse les autres de ses erreurs.
Je l'ai bien écouté sur l'homme qui l'avait interpellé au salon de l'agriculture, souvenez vous, c'était il y a presque cinq ans de cela. Je me souviens très bien de cette scène où cet homme refusait de serrer la main de Sarkozy et c'était tout à fait légitime de ne pas vouloir saluer quelqu'un qu'on apprécie pas et qui pourtant notre président insistait bêtemenent comme un pauvre demeuré (qu'il est ?). Nous sommes en démocratie, n'est ce pas ?
Voici donc, les excuses et les regrets de Sarkozy. Je ne peux pas vous citer toute la phrases.
Il explique donc que ce jour là il était malade et que c'était une erreur de sa part que d'aller vers cet homme qui semblait agressif et, je le cite, « d'un physique ingrat d'ailleurs », qu'il n'aurait pas dû l'insulter dans ces termes de « pauvre con ». D'un physique ingrat ? Mais de quel droit un président de la république se permet-il de juger et dénigrer quelqu'un de la sorte ? De quel droit un homme aux plus hautes fonctions de l'état peut-il devant la France entière juger sur le physique de quelqu'un ? Est-ce bien le rôle d'un président de la république de juger sur le physique d'une personne ?  Pour qui se prend t-il et au nom de quel droit ose t-il dire cela ? C'est une injure de plus et aucun journaliste n'a relevé ce qui est pour moi plus qu'un point de détail ! Comment peut-il citer le mot "pauvre con" qu'il a dit sans reconnaître que c'était insultant, humiliant, rabaissant pour cet homme ?
Je ne pense pas que Sarkozy ai eu conscience de son rôle de président. Concernant ses propos sur le physique de cet homme, je suis certain que ce monsieur est certainement plus beau à l'intérieur que l'est Sarkozy par sa morale indigne qu'il inflige à notre peuple et notre nation depuis cinq trop longues années !
C'est sur cette phrase que le peuple doit juger ! Sarkozy n'a pas fait une erreur, il en a commis des dizaines et il n'a aucun regrets parce qu'il se croit supérieur à tout le monde alors qu'il n'est qu'un gosse de riche médiocre qui n'aurait jamais accéder aux plus hautes fonctions s'il n'était pas bien né dans des draps en soie.
Voilà ce qu'est Sarkozy et ceux qui sont avec lui le ressemble. Je ne trouve aucune excuses à la racaille UMP ! Aucune ! Et certainement pas à son petit chef, Sarkozy ! Ces gens arrogant sont mes ennemis. Je dis bien, pas mes adversaires, mais mes ennemis !
Sarkozy a souvent été moqué à cause de sa taille. Je ne pense pas que ce fut bien aviser de le faire, parce qu'il n'est pas si petit que ça physiquement. Ce n'était que de la guignolerie comme notre pays a l'habitude de le faire. Et quand à la fausse opposition qu'est le Parti Socialiste, ils ne valent pas mieux que l'UMP pour entretenir par le passé ce genre de conneries alors que le peuple crevait et crève encore par l'incompétence générale des politiciens décadents et incompétents qui nous gouvernent de la droite à la gauche !
Ce n'est pas par la taille que Sarkozy est petit mais c'est par sa petitesse d'esprit et de non compassion envers ses concitoyens y compris ceux qui l'ont élu et qu'il a maltraité comme les autres pendant son quinquennat comme s'il était un dieu vivant. Il n'a pas gouverné comme un président, mais comme un roi !
Sarkozy n'est pas petit par sa taille, il l'est par son intelligence limité. Parce que ses propos ne sont pas très intellectuellement élevés. Il n'est qu'un gredin et un impoli sans éducation. Un vulgaire perroquet qui se prend pour un aigle. Cet homme n'est pas un génie politique ni un grand tacticien économiste et encore moins stratégique, mais un pauvre ignorant qui n'a rien appris pendant ces cinq années et qui a le culot d'en demander cinq de plus pour s'enrichir sur le dos des classes moyennes qui ne tarderont pas, s'ils sont assez con pour le réélire, de se retrouver tous pauvre. Alors aux imbéciles qui parle de pouvoir d'achat, je leur dis, réfléchissez pauvres ignorants que vous êtes ! Mais après tout, ceux qui ont élu Sarkozy ne sont que le reflet de ce qu'ils sont à l'instar de ce type : des médiocres.
Sarkozy n'est pas petit par la taille, il l'a été surtout par son incompétence. Une personne atteinte de nanisme aurait pu être certainement plus compétent que lui. Parce qu'être petit ou nain ne veut pas dire être bête. Je dis cela, parce que je pense qu'il faut dire les choses dans notre pays. Et que ce n'est pas les guignols de l'info de Canal+ ou la bêtises facile de quelques esprits faibles qu'incombe la charge de bâtir les fondements d'une république nouvelle que j'espère à venir prochainement, mais celui des esprits forts avec le concours et l'accomplissent populaire de toute la nation. Hors, des gens comme Sarkozy ne sont que des égoïstes ne pensant qu'à leurs intérêts personnels alors qu'à mon sens la politique c'est l'esprit collectif, les grandes idées pour le bien d'une société entière, égalitaire, solidaire et indivisible et non pour le bien-être de quelques uns. Voilà ce que je pense et je suis bien plus intelligent que tous les soit-disant « élites » car pour moi l'élite, le beau, le grand, le noble, cela ne peut qu'être que le peuple !
Sarkozy n'est pas petit par la taille mais il a réduit à la bassesse notre pays, le rendant minuscule. La France n'est pas très grande comparé à des pays géant comme la Chine et la Russie, par exemple, mais elle l'était par son esprit d'ouverture, son intelligence productive et intellectuelle et dans des dizaines d'autres domaines. Sarkozy a réduit tout ça presque à néant !
Sarkozy n'est pas petit par la taille, il est petit par sa capacité. Sa seule grandeur c'est sa vanité et son incompétence à gouverner.

Mais ce n'est pas tout et même son entourage en dit long sur ce qu'est Sarkozy et les siens, partisans politiques jusqu'à sa famille.

Je note certaines choses sur internet. Sa femme. La « belle » Carla Bruni-Sarkozy. Voilà une femme qui est populaire auprès d'un public qui lis « people magazine» et qui aime les romans à l'eau de roses. Je ne trouve pas Carla belle (puisque tout le monde l'appelle comme ça). Je la trouve vulgaire et androgine. À peine féminine. Pour tout vous dire, ce n'est absolument pas mon genre de femme. Mais chacun ses goûts. Je n'ai pas la prétention, comme son mari Nicolas, de dire que j'ai le monopole de la vérité sur la beauté comme il l'a fait et dit envers le monsieur qu'il a insulté de pauvre con et injurié sur son physique.
Juste une petite note sur ce monsieur. S'il n'est pas « beau » pour monsieur Sarkozy, c'est peut-être que s'il avait son train de vie et sa paye de président des riches, il le serait certainement. Les gens pauvres sont moins beaux que les gens riches parce qu'ils n'ont pas les moyens de s'entretenir ! Et c'est de plus en plus vrai de nos jours par la politique terroriste que nous impose Sarkozy et sa bande de gangsters de l'UMP !
Mais revenons à la Carla.
Quelques phrases intéressantes. Elle vient à la télé, embrasse le directeur de la chaîne et dit : Il fait un froid de gueux !
Un froid de gueux ! Mais petite madame, sachez que les gueux vous emmerdes vous et votre rejeton et tout ce qui peut vous ressembler de prêt comme de loin à l'aristocratie consanguine qui vous caractérise. Vous n'êtes qu'une petite pétasse de la noblesse italienne qui n'a réussi que grâce à l'argent de ses parents! Les gueux vous crachent à la figure et en tout cas, moi je le ferai avec la plus grande joie !
Si la petite madame avait eu la jugeote, à défaut de l'intelligence, elle n'aurait pas prononcée une telle phrase alors qu'il y a plus de dix millions de gens qui vivent dans la pauvreté en France ! Mais je doute que cette bécasse soit même dotée d'un éventuel brin de jugeote !
Et elle a osé ajouter. « Nous sommes des gens modestes ».
Voilà bien le mépris de cette classe « populaire » de l'UMP ! Il n'y a rien de pire que le mépris lorsqu'un peuple souffre. Carla Bruni-Sarkozy est le reflet de l'électorat de son mari. Des gens odieux et insolent ! Des gens qui se prennent pour je ne sais quoi et en tout cas qui n'ont aucune affinité avec le Peuple et je dirai même plus, la Nation ! Il nous faudra pas seulement les virer du gouvernement, mais du Pays !
Mais je ne suis pas un homme injuste et je ne voudrais pas exiler ces gens au nom de leurs bêtises. Non, moi, je les garderais bien au chaud dans une cellule pour haut délinquants en les privant de tout droits civils et humains jusqu'à la fin de leurs jours ! Mais je ne suis pas méchant, les gens, je suis juste quelqu'un qui n'accepte pas l'inacceptable !
Naturellement, je dis cela dans la colère. Je ne serais certainement pas injuste à ce point... et puis, par chance pour cette bande de singes, je ne serai jamais président de la république ni même député ou sénateur, moi. Je suis pas bien né, moi.

Alors je ne regrette pas de ne pas avoir écouté les regrets de Sarkozy. Je pense que beaucoups de gens qui le regardaient et qui lui faisaient confiance ont eu aussi un regret... celui d'avoir voter pour lui !


En tout cas, je suis pour une re-fondation de notre nation afin qu'elle soit plus juste et meilleure. Je n'ai pas fait science-politique, mais je ne suis pas un arrogant imbécile comme l'est Sarkozy et tous les abrutis d'économistes que j'entends parler et essayer de nous expliquer, avec des mots qu'ils voudraient savants et dont ils n'en comprennent même pas le sens eux-même, que de nous devons accepter d'être pauvre et maltraiter toute notre vie pour assouvir leurs intérêts personnels et que nous devons encore dire merci par dessus le marché !
Mais je ne m'étendrai pas plus longtemps sur toutes les imbécillités de ces gens qui me dégoûte.

Je termine. Je pense que Sarkozy a apporté quelque chose, malgré lui, au pays. Il a apporté une volonté au peuple de ne plus jamais se laisser faire ! Il sera le dernier président de la république qui pourra se comporter comme s'il était le maître absolu de son peuple ! Et que tous les politiciens se le tiennent pour dit !

Je te salut mon peuple !