Il y a beaucoup de mystère dans notre pays.

Depuis 2007, il y a eu une chômophophie. 
Qu'est ce qu'une chômophobie ? 
Peut-être avez-vous quitté la France à cette époque-là et que vous n'avez rien vu ou rien voulu voir de ce qui se passait ici ?
La "chômophobie" c'est l'anti-chômeur qui a touché notre pays.
Ainsi, la faute au chômage n'était plus dû au gouvernement ou à la crise. C'était la faute aux chômeurs. Pire encore. Les chômeurs et surtout les plus précaires ont été montré du doigt par le gouvernement de Sarkozy de 2007 à 2012.

En 2010, la chasse aux chômeurs a été lancé en France. Plus question non plus de laisser traîner dans les rues commerciales des grandes villes les sans-domicile-fixes jetés à la rue à cause de manque d'emploi. La police municipale les traquaient pour les déporter dans des ghettos de pauvres comme en enfermaient les juifs dans des ghettos ou dans des camps. 
Tous les rmistes ont été nommés "assisté" et étaient montré du doigt comme des "feignants" ne voulant pas bosser. Même si il n'y avait plus de travail...

En 2011, les chômeurs rebelles ont été arrêtés par la police nationale. Beaucoup ont été maltraité par la police, la justice, pôle-emploi, les ccas et les municipalités de droite mais aussi de gauche (parti socialiste... et autres). Le parti socialiste ne voulant pas être en reste. Et puis, la collaboration, ces gens-là connaissent bien. 

Ça c'est pour les chômeurs. Je ne parle pas des manifestants licenciés qui, eux, ne voulaient pas finir chômeurs. Ils ont été matraqués et enfermés dans des prisons-politiques. Toutes ressemblances avec des régimes existant ou ayant existé en Amérique Latine ne serait que pures coïncidences (?)

Et aujourd'hui, qu'en est-il ? Et bien... cette "chômophobie" continue. Mise à part que ce n'est plus l'UMP (la droite) mais le PS (la gauche) qui s'en prend aux chômeurs précaires.

En tout cas, dans mon département et ma région. Chez vous, je ne sais pas... mais ici, c'est tendance. Il faut détruire les chômeurs. 

Alors, le Conseil Général a lancé une grande chasse aux chômeurs. Il faut dire que le département en regorge. Ici, il n'y a plus de travail. 
Mais Michel Dinet reste confiant. D'abord, l'hiver va en tuer plusieurs dans l'anonymat totale dès que le grand froid va revenir. Ensuite, la grippe fera aussi son passage. Enfin, dans les prisons et les camps d'exterminations on va ré-ouvrir les chambres (à gaz ? -merci dolce vita!) et les fours crématoires. 
Et en attendant, le conseil général envoit les chômeurs précaires devant les tribunaux.
Et si cela ne suffit pas... au printemps il est question de les bouffer.

Comme vous, je me pose la question suivante. Pourquoi ne pas leurs donner un emploi ?
Mais vous êtes bête ou quoi ? Y'en a pas du boulot ! Mince alors ! Ca fait des années qu'on vous le dit ! 

Donc, les socialistes ont trouvé la solution (finale). Tuer du pauvre. 

Et comme on dit du PS à l'UMP : "un bon chômeur est un chômeur mort !"

Fiction ou réalité ? A vous de voir...