Je voudrais vous parler d'un de mes « cheval de bataille » : la lutte contre la pauvreté.
J'en ai souvent parlé à travers mes textes. Le chômage est la cause première de la pauvreté. Bien sûr, pas seulement. De nos jours avoir un travail peut conduire malgré tout à la précarité et la pauvreté. Cela touche en priorité la classe ouvrière. Mais pas seulement. Je n'aime pas le sectarisme. Donc, oui, c'est vrai, même une personne à la fonction publique peut être pauvre. Personne n'en parle. Ne connaissant pas le dossier, je ne vais pas vous en parler.
Cela me choque que la pauvreté existe encore dans notre pays alors qu'il est un des plus riches du monde. Nous savons que cela a toujours existé en France. Mais il n'y a jamais eu autant de personnes à la rue ou vivant très humblement, trop humblement ou même dans des bidonvilles. Cela ne devrait pas exister de nos jours dans notre pays moderne. Mais ça existe et le pire c'est que tout le monde trouve ça normale. Pire encore, des gens comme Wauqiez et Sarkozy appel à la haine du pauvre comme Hitler appelait à la haine du juif. 

Tout le monde sait se rassembler lorsqu'on tue la liberté ou qu'on veut s'en prendre à une ethnie ou une religion. Mais tout le monde reste muet devant la pauvreté par indifférence, par impuissance ou par lâcheté.
Ce que Wauqiez et Sarkozy osent dire, en parlant d'assistanat, tous les députés devraient se lever pour leurs en claquer deux dans leurs sales gueules à ces deux tordus. Mais force est de constater que le pauvre est devenu le nouveau juif des temps modernes.

L'assistanat est montré du doit. Mais qu'est ce que l'assistanat exactement ?
Les gens restent-il dans la misère par volonté ? Peut-on croire réellement une chose pareille ?
Cette idée a germée depuis 2007, à l'époque de la dictature sarkoziste. Et aujourd'hui, personne n'ose dire que ces paroles sont pleine de haine. On peut dire que c'est Sarkozy qui a divisé la France. À mon sens, tout ce qui arrive, y compris avec les personnes qui ont adhérer aux mouvements islamistes, est la faute seule d'un homme qui a détruit l'unité nationale : Sarkozy. Sarkozy est coupable de la destruction de notre pays. Lui qui veut nous faire croire qu'il aime la France... Pour moi, Sarkozy n'est qu'un hongrois qui ne serait qu'un petit ouvrier sans importance si sa famille était resté là-bas. Et d'ailleurs, je tiens à signaler au passage que son père a pu grimper l'échelle sociale grâce aux prestations sociales de notre pays et permettre des études à ses enfants. Sans notre système social Sarkozy serait cireur de chaussure à Budapest ou Sofia.
J'entends les paroles de haines des gens comme Sarkzoy et je me pose énormément de questions. Je vois les gens dans la galère qui ne s'en sortent pas et qui en plus subissent la haine de cette société de nanti. Où allons-nous exactement ?

J'ai regardé trois excellent reportages d'Ariel Wissemann de Canal+. J'étais étonné que la chaîne des riches diffuse un aussi bon document sur la pauvreté sans faire de cliché. C'était nu. C'était beau. Merci Ariel. Parfois, quelques minutes suffisent pour expliquer une situation. Sans grands moyens. La vérité doit être toute nue, doit être crue. Ce n'est pas pour ça qu'elle est vulgaire. La cruauté est laide mais parfois utile à voir.

Comment peut-on accepter que la pauvreté existe dans notre pays qui se veut si civilisé ?
Comment peut-on accepter que la rémunération du travail ne soit pas plus juste dans un pays moderne ?
Comment accepte t-on de ne pas pouvoir vivre du fruit de son travail ?
Comment accepte t-on que tout le monde n'a pas le droit de travailler ?

Je pense que notre société n'est pas mûre. Elle n'est pas encore développée pour faire face à un monde qui change. Lorsque tout le monde pourra vivre mieux en travaillant moins mais que ce travail rapporte une joie de vivre, je pense qu'alors le monde aura tourné le dos à ce capitalisme décadent.
Lorsque chacun d'entre nous refusera de voir l'autre en bas de l'échelle; nous aurons fait un pas vers l'évolution de notre espèce humaine.
Tout le monde pleure devant l'injuste constatations des bateaux des boats poeples qui chavirent en mer méditerrannée; qu'on appelle aujourd'hui « immigration massive ». Mais pourquoi les africains, les magrehbins ne peuvent-ils pas vivre dignement du fruits de leur travail dans leurs pays ?
C'est une question qu'il faudrait se poser.
Bien sûr, il n'y a rien dans les pays africains, me direz vous. Justement. Cette situation est-elle normale ? Non à mon sens.
Les pays africains devraient pouvoir se développer normalement et les gens devraient avoir accès eux-aussi à la modernité. Bien sûr, je ne suis pas un sot. Je sais qu'il y aura toujours des inégalités entre le nord riche et le sud pauvre. Mais il peut en exister moins.
Revenons à notre propre problème national. Parce qu'à mon avis, charité bien ordonnée commence par soi-même. Oui, la pauvreté doit être combattu chez nous. Pour ça, il n'y a qu'une solution. Revoir la façon de travailler et lui donner un nouveau sens révolutionnaire. Tout le monde y gagnerait. Et si les richesses se font au nord, en Europe, je pense que les gens pourraient investir au Sud, sur le continent Africain. Et pourquoi pas ? Dans l'esprit et la mentalité du travail des africains aussi. Parce que ces gens n'ont pas à être imposés par une façon de travailler européenne. Nous même, je le répète, nous devons revoir notre façon de travailler. D'ailleurs, contrairement à Sarkozy et bien d'autres politiciens qui n'ont jamais réellement travailler de leurs vies, je pense qu'il faut travailler moins et partager le travail, gagner moins et que les prix baisses. Oui travailler moins et partager plus. Ainsi tout le monde contribuerait à l'évolution de notre société. Libre aux gens de travailler plus et investir dans leurs biens personnelles ou investir ailleurs pour créer d'autres richesses.
Voilà ce que je pense. C'est peut-être simpliste écrit comme ça. Mais au moins, moi, j'ai des idées autres que de haïr mon prochain pi de le traiter de fainéant et d'assisté.

Notre société doit changer. Et si nous refusons ce changement, je ne vois qu'une chose qui pourra remettre les choses un peu en ordre : le chaos. Et je crains que, malheureusement, personne ne voit qu'il est à notre porte et que c'est lui que le futur nous réserve.
Je ne suis pas voyant, ni médium, ni un gourou essayant de faire peur. Mais je vois aussi la fin de notre pays qui avait 1500 ans environ d'existence. Personne ne s'en rend compte. Mais en vérité je vous le dis : méfiez vous de ce qui nous attend. Parce que lorsque l'idée d'une indépendance régionale se fera il n'existera plus de barrières au chaos qui nous guette. Et alors, les nouvelles nations émergeront. Rien que Daech pourra envahir en toute impunité la Gascogne ou la région Parisienne sans que personne ne bouge parce que plus personne ne se sentira concernée.
J'ai vu un documentaire sur la Tchécoslovaquie en 1939 lorsqu'elle a été complètement dépecée par l'Allemagne nazie. En 1945, personne n'en parlait et si des résistants tchécoslovaques n'avaient osés combattre pour leurs indépendance, ce pays le plus démocratique d'Europe n'aurait existé alors. Qu'est devenu la Tchécoslovaquie soviétique ? Aujourd'hui, la Tchécoslovaquie de l'Union Européenne n'existe plus. D'ailleurs, l'Union Européenne est responsable de la pauvreté des peuples. Ça aussi, personne n'ose en parler.
Méfiez-vous les gens ! N'oubliez pas que tous mes textes étaient engagés. Même mes simples histoires du « royaume de Wolf ».
Lorsqu'une nation se donne comme des libertins dans une partouze, elle ne récolte que des petits matins froids aux goûts de cendre. Il n'y a pas d'amour dans le libertinage. C'est exactement ce qui va arrivé si vous n'y prenez garde.
Pour moi, il n'existe pas d'assistés. Il n'y a que des gens perdu qui ont besoin qu'on leurs tende la main pour les faire venir et participer à la table de la nation.
J'ai été exclu de cette table. Je me sens mal et frustré.
Comme vous, je ne suis pas responsable du chômage. Comme vous, je suis perdu par les propos des politiciens qui nous ont abandonnés et qui nous montent les uns contre les autres. Comme vous, je n'ai pas voulu devenir pauvre et d'être exclu du système. Comme vous, je ne trouve pas juste de ne pas être heureux, de ne pas avoir construit de famille, de ne pas avoir une maison. Comme vous, je ne trouve pas normal de vivre mal et sans modernité que je serais en droit d'avoir. Comme vous, j'ai le mal de vivre.
Je ne suis qu'un homme pauvre parce que sans emploi et privé volontairement de travail par un système stupide et cruel. Et j'ose me rebeller.
Alors bien sûr, on veut me faire du mal. Mais qu'arrivera t-il lorsque les penseurs, les penseurs voulant améliorer la condition humaine auront disparu et qu'aucune idées et réflexions ne pourront être débattues ?

Je terminerai ce message par une autre question. Qui est assisté de nos jours ? Est-ce normal qu'un ex-président de la république qui n'a pas l'age de toucher une retraite se fasse payer des sommes considérables par mois sur vos impôts ? Je parle bien de Sarkozy. Car vous payez la retraite de Sarkozy. Et lui, travaille pour un pays étranger, pour l'Emirat du Qatar. D'où viennent les attentats ? Certaines sources affirment que c'est du Qatar...
Qui a tué Charlie Hebdo ? Et si c'était le tortionnaire de la France : Sarkozy ?
Réfléchissez mes ami-e-s. Réfléchissez-y grandement...