Nous sommes en décembre et c'est bientôt la fin de l'année et par conséquence de la logique des choses la nouvelle d'une autre.
Comme beaucoup de gens, je fais le bilan de l'année, de ma vie et même de mes finances.
Ho, je vous épargnerai bien des choses, parce que je n'ai pas envie de vous faire pleurer mes bons enfants, mais quand même, je vais parler de certains faits parce que bon, sinon à quoi ça sert d'avoir un blog et que Karleman, il se décarcasse et se débatte comme comme un diable poilu dans le fond de sa boîte.

Alors d'abord, un peu de nouvelles de moi et de ma petite famille, parce que je sais que vous aimez bien Didi. Même que je suis un tantinet jaloux et que je fais la gueule dans mon coin, mais ça ne se voit pas hein ? Et même que Didi rigole et qu'il est plus fier qu'un pou sur la tête d'un chauve. J'ai dit un pou pas un poulpe, parce qu'un poulpe sur la tête d'un chauve et même d'un chevelu c'est pas fier, c'est marrant. Imaginez Sarkozy avec un poulpe sur la tête pendant cinq minutes... ça fait du bien non ?

En parlant de Didi, justement, sa santé ne s'améliore pas, loin s'en faut. Il toussote, il fait un bruit d'avion et je me demande s'il ne va pas clamser dans les minutes qui suivent lorsque je l'allume ou me connecte ou bien encore lorsque j'écris les débilités qui sorte de mon cerveau malade. Parce que oui, je suis un peu cinglé sur les bords, et heureusement, parce que ça m'aide à affronté les conneries de la vie. Ben ouaip.
Donc, ben un de ces jours, je ne sais quand, plus de Didi et plus de Karleman. C'est la vie, Lili.

Sinon, parlons du bonhomme, de moi quoi. Si si, je sais que vous voulez savoir comment ça va.
Alors bon, ben moi, ça va. Je me dis que je n'arrive pas à aborder un problème assez important dans ma vie. Je me dis que je n'ai pas pu dire ce que je voulais dire sur ce blog mais aussi dans la vie qui est passé. Je vais donc essayé de parler, dans les prochains jours, de la personne qui hante mes nuits, parce que oui, je rêve d'elle, et d'ailleurs, je me demande pourquoi, vu qu'elle ne doit pas souvent penser à moi, ou bien alors, c'est pour réfléchir quelles saloperies elle pourrait me faire de plus qu'elle m'a déjà fait.
Je parlerai peut-être un jour de Lucie, ben oui, il s'agit d'elle, et je serais reconnaissant de me laisser le faire sans vouloir me censurer par des commentaires négationistes, parce que oui, oui, petits êtres qui me lisez, sachez que j'en ai besoin pour mettre au clair certaines choses avec moi et même avec elle, si elle continue à me lire. Sait-on jamais. D'ailleurs, oui, elle le fait, parce que je sais qu'elle est curieuse et que je connais son ip aussi...

Bon, ça c'est côté sentiments, même si ces derniers sont mitigés et pas au top de leur formes parce que bon, faut pas croire mes braves, les choses ne sont pas toute joyeuse dans l'univers impitoyable d'un Karleman mercenaire solitaire loin de son foyer et par dessus le marché au chômage. Parce que oui, mes bons, faut pas croire, le chômage quand on est tout seul comme une petite bite dans un bordel, c'est pas le grand extase, même si certains le croient et voient ça comme une superbe aventure avec plein de trucs chouettes et de l'argent qui tombe à profusion du ciel et de la bonne grâce du gouvernement sans qu'on ai besoin de se lever le matin. Ça c'est la belle vie ! Comme dirait ma boulangère qui croit à toutes ces conneries et aussi au père Noël ! Parce que bon. Bon, les petits qui me lisez, oui, le père Noël existe ! Mais pas pour les grands. Non, nous, nous avons le père Cepteur, qui est tout mignon aussi et qui n'est pas habillé en rouge et blanc, ni possesseur d'un traîneau qui vole et de six rennes qui volent aussi, bien que sans ailes, mais c'est des champions ces rennes. Contrairement au père Noël tout de rouge vêtu, le père Cepteur, lui est tout habillé de cuir noir avec une boule rouge dans la bouche et des chaînes pour récompenser les gens qui ont été gentils et fouetter les autres qui ont été méchant. C'est comme ça l'univers des grands. Ben ouai.
Alors oui, Karleman a un peu le moral dans les baskets ces derniers temps et même qu'il fait son petit malin mais tire le diable par la queue tous les mois. N'y voyez aucune allusions sexuelles à la chose, bande de pervers va !
Oui, Karleman n'est pas au top en ce moment, mes bons, parce que non seulement il s'est pris une sévère schlague, comme diraient nos amis d'outres-Rhin, dans son museau de blaireau par quelqu'un qu'il aimait trop fort grand comme l'univers !
Et en plus d'avoir des super problèmes que même Batman s'il les avait se suiciderait illico presto, il y a tout qui s'acharne sur sa tronche de queak pas frais.
Ben ouai, c'est comme ça.
Alors, bien sûr, je vais pas me plaindre parce que bon, je ne suis pas le plus malheureux, faut pas déconner non plus. D'ailleurs, je suis certain que c'est ce que vous vous dites et même que vous râlez devant votre écran en lisant ça, parce que c'est un comble de lire ça non ?
Ben ouai, les gens, mea culpa, deus pardonna mi o tonne pobre brebis moutonné égaré ki râle sa race. Oui, mon latin n'est plus ce qu'il était... et puis, j'ai jamais su parler le latin faut dire...

Mais faut pas croire les gens, je suis comme tout le monde. Enfin, bon, je suis content d'être Karleman quand même parce que bon... C'est bien d'être un Karleman. Si si ! Mais je ne dis pas que je n'ai pas parfois la tentation de vouloir échanger ma vie avec un Greg le milliardaire ou un Fred millionnaire ou encore un Auguste du tout Paris vivant des rentes qu'un oncle qui a fait fortune en Amérique et qui n'a que pour souci de se demander s'il est invité à la Jet Set dans les jours prochain. Ben ouais.

L'avenir ne s'annonce pas rose pour le Karleman, espèce sauvage, à moins d'un miracle ou bien d'un coup de bol, pas trop fort quand même, parce qu'un coup de bol, ça fait mal, non, je parlais d'un coup de chance que je n'ai jamais vraiment eu, vu que je suis abonné à l'hebdomadaire « guigne », qui comme certains(es) d'entre vous connaissent, parce que abonnés(es) aussi, tellement que cet hebdo on en est tellement addict, qu'en on redemande et c'est tant mieux, parce qu'en on bouffe. Alors ouaip, un petit coup de pouce la chance serait bienvenu dans le ciel de votre humble et modeste serviteur.

Alors niveau amours dont je vous ai parlé dans un post, j'ai finalement laissé tomber, mais bon, je vous en reparlerai un jour si je peux, là aussi, parce que bon, c'est pas tout ça, mais j'ai du pain sur la planche moi ! De toute façon, les demoiselles sont souvent des dames et ont toutes des mectons qui sont jaloux et méchants comme des loups et moi j'ai pas envie de me faire arracher et bouffer une patte. Ben ouais.
Alors bon, les amours ne sont pas au beau fixe non plus et je pense que je vais faire une croix sur la question.

Je vous ai dit que mon blog grimpait ? Ben ouais, grâce à vous les gens, vous passez un peu plus nombreux et même que bon, je me dis que ça me fait super plaisir. En plus, j'ai rencontré des nouvelles personnes et des toutes choupinettes en plus. Là je parle des petites demoiselles trop gentilles que vous êtes et que même vous me mettez dans vos liens et même sur votre page hyper personnelle facebook avec des coeurs qui déchire sa race et font des envieux parmi tous les mecs de la bloguosphère qui me traitent de connard prétentieux. Mais c'est moi que vous aimez et c'est comme ça, c'est la vie, le destin, on y peut rien quoi. C'est écrit et on ne peut rien faire contre le destin.
Alors mis à part que je suis trop le chouchou de vous, dames et demoiselles, c'est la seule joie qui réchauffe encore mon petit coeur tout mou et tout froid et tout percé de flèches empoisonnées. Ouaip.

Alors bon, j'oublie pas non plus les messieurs qui me lisent parce que sinon, je vais passer pour un ingrat et le dernier des salopiots. Non non ! Merci messieurs de me lire et parfois même de me soutenir par un mail ou bien un commentaire super sympa. Ha oui, merci, parce que ça fait toujours plaisir.

Autrement, Merci aux administrateurs/trices de Canalblog, parce qu'ils ont été gentils avec moi, même s'ils ne mettent pas tous les ip de mes lecteurs. Parce que oui, il en manque d'abord et que mon compteur devrait être à 2000 visites par jours et que c'est pas noté. Na ! Et en plus, je devrais être en page, les blogs que j'aime et je rajouterais, qu'il faudrait faire un thème juste pour moi, "Le Blog que Canalblog Kiff trop grave, Karleman". Ben ouais.
Mais bon, Bisous tout plein quand même et même aux dominatrices... heu pardon modératrices et modérateurs pour leurs soutiens et de m'aimer trop fort d'amour comme l'océan. Oui tout ça.


Sinon, ben voilà ma petite vie de cette année.
Je passe toutes les misères que j'ai eu et à ce niveau, je ne peux pas me plaindre, parce que j'ai été servi. Dans mon horoscope, c'était écrit. Je le savais, ben oui, je lis l'horoscope et alors ? Ben comme je vous le disais, c'était écrit. Trop top non ? Toutes les super mauvaises choses sont arrivés. Par contre, la rencontre amoureuse qui devait changé ma vie... non. Remarquez, il reste encore pas mal de jours avant que sonne les douze coups de la nouvelle année.
Et puis, en même temps, on peut pas tout avoir ! Faut pas déconner non plus !

Alors j'ai quand même appris des choses cette année. Oui oui. J'ai appris que j'étais qu'une bouse parmi tant d'autres et que j'étais aussi un clampin. Alors bon, j'ai essayé de chercher sur le dictionnaire, ce qu'était exactement un clampin, mais j'ai pas trouvé.
En même temps, le clampin, moi en occurrence, n'a pas à recevoir de nom d'oiseau d'un larbin qui n'existe qu'à travers son boulot et s'il ne l'avait pas il ne serait rien, parce que bon, vu le niveau intellectuel qu'il a, il aurait un mal fou à se reconvertir professionnellement si l'état n'avait pas besoin de larbins en uniformes moches qui ressemblent à des petites frappes de banlieue sodomites violeurs de petites filles et occasionnellement de petits garçons dans les caves de nos belles citées où la misère est légion et où la justice a fait place à l'injustice et où règne en maîtresse dominatrice la mafia et la police ripoux, pour faire exécuter sa loi sarkozienne. Ben ouais c'est comme ça. Vous avez réussi à suivre ma phrase et à comprendre le sens ? Oui ? Bravo !

J'ai appris quoi d'autres ? Hé ho ! Je vous en pose des questions moi, bande d'indiscrets ?
Bon, ben j'ai appris trop que j'avais pas d'amis et que même mes soit-disant amis me tournaient le dos et même que plein de gens détestent trop d'être vu avec moi. Ouaip.
Bon, en même temps, faut comprendre aussi. Je suis mercenaire je vous rappelle ! Et en plus, mercenaire au chômage ! Alors si c'est pas une bonne raison ça.
D'ailleurs, c'est même pour ça que Didi et Georges mon Yeti ne veulent plus être vu avec moi d'abord !
Alors bon, faut comprendre un peu quoi !
Ha oui, faudra que je vous parle de ce qui m'est arrivé. Parce que oui, figurez vous, que j'ai été fricoté avec le gang des Daltons, le gang des frères James n'ayant pas voulu de moi, et que j'ai terrorisé ma région. Ouaip comme je vous dit. J'ai même volé des chevaux. Bon d'accord, j'ai pas volé de chevaux, mais un âne et même qu'il s'est échappé... mais bon, moi au moins j'ai essayé !
Faudra aussi, et ça c'est primordiale, que je vous raconte ma rencontre avec un super connard. Que dis je un super connard... Le super connard ! Parce que oui, mes bons, j'ai rencontré le super connard, celui qui s'écrit avec un grand C et qui, si on m'avait dit qu'il existait, j'aurais dit que c'était pas vrai ou bien que c'était une légende. Mais super connard existe bel et bien. Je l'ai vu turlututu ! Oui, faudra vraiment que je vous en parle tellement que c'est un cas social ce type. Dans un prochain post, mes bons. Un peu de patience.
Je ne vous raconte pas non plus, tellement combien j'ai été méga déçu par certaines personnes dans ma vie réelle. Combien j'ai déchanté sur certaines autres dont j'avais une estime tellement grande que même tout l'or du monde n'aurait pas arrivé à payer l'éloge que je faisais sur celles-ci. Le pire, dans l'histoire, c'est que même quelqu'un de ma famille en qui j'avais un chouilla un brin de confiance et néanmoins une immense sympathie est venu briser mes déjà minces illusions sur la fraternité familiale. C'est dire ! Mais bon, je lui ai même pas dit, je préfère qu'il meurt dans son ignorance en croyant que je ne sais pas. Parce que oui, le Karleman est une bête sauvage et féroce, je vous rappelle.
Des tas de gens m'ont déçu dans ma petite vie réelle, c'est vrai. Peut-être que j'ai ouvert les n'oeils plus que d'habitude, mais bon, c'est un fait...
J'en conclu que je ne suis pas humain et je demande au vaisseau extra-terrestre qui m'a laissé en plan sur cette terre de venir illico me chercher parce que bon... doigt en l'air qui s'allume... E.T.... (dite iti et pas camion !) Maison...
Et là, un météorite me tombe sur la gueule...

Voilà ma petite vie. Alors je ne fais pas de bonnes résolutions parce que je n'en ai pas. Y'en a qu'en ont, moi non. C'est comme ça.

À bientôt pour de nouvelles aventures mes bons.
Enfin, si mon ordi se barre pas dans la nuit avec ses valoches...
Ha ben oui aussi !!!