Ces dix dernières années, il me restait encore trois amis sur lesquels je pouvais compté. En tout cas, c'est eux qui le prétendaient. Je ne parle pas des amis d'internet dont j'ai fait la « connaissance » (parce qu'on ne connaît jamais personne), mais belle et bien d'amis dans ma vie.
C'est vrai, j'étais éloigné d'eux. Mais ils étaient venu me voir parfois et j'allais les voir parfois.
J'ignore pourquoi mais je me suis mis à douter d'eux.
J'ai un meilleur ami aussi. Avant, j'en avais au moins trois. Ce nombre me poursuit. Mais depuis des années il ne m'en restait qu'un nous sommes devenu ami depuis nos 18 ans.
Lorsque je me suis trouvé dans de grandes difficultés en 2005, je ne l'ai pas trop vu se manifester. Il venait toujours trop tard. Mais comme c'était un vieil ami, je lui trouvais toujours des excuses. Il avait sa vie. Sa petite amie. Mouaih. Tu parles. Une petite amie n'empêche pas de venir rendre visite non ? Mais à l'époque, j'étais plus tolérant.
Et bien sûr, les deux autres amis protestaient. Comme c'était mal ce qu'il faisait. Tu parles. Et eux hein ? Qu'est ce qu'ils faisaient eux ? Ben rien.
Ha si, il y avait une amie qui passait plus souvent. C'est vrai, cela me faisait plaisir parce que lorsque vous êtes loin de tout et bien cela fait plaisir de voir une amie. Mais avec le temps, l'amie n'est plus venue. Cela fait un an et demi que je ne l'ai pas revu. Elle m'avait dit que je pouvais compter sur elle. Et bien, il y a un an, je l'ai appelé. Je n'aime pas demander un service. Ce fut une véritable torture pour moi. Et qu'a t-elle fait l'amie ? Rien. Elle m'a presque envoyé balader. Poliment. Amicalement, même. Mais balader quand même. Je devais la rappeler alors. Vous pensez bien que je ne l'ai jamais fait. Elle aurait pu rappeler elle. Elle ne l'a pas fait. Cela me prouve bien son taux d'amitié envers moi. Sur une échelle de 0 à 10, devinez le chiffre...
Revenons au meilleur ami. Un moment, en décembre, je lui ai téléphoné. Je suis tombé sur un de ses petits neveux. Certainement le fils de sa nièce. Parce que oui, il a une nièce qui a une vingtaine d'années. Je la connais bien et je l'ai même croisé dans un magasin il y deux ans. Elle pensait que son oncle (mon meilleur ami donc) me voyait souvent. Ho non. Je ne le voyais pas souvent. Une fois par ans... et encore.
J'ai été deux ans sans le voir. Il est revenu me voir en 2013. il avait changé, il avait vieillit. Nous n'avions plus rien à nous dire. C'est ce que notre entretien m'a laissé penser alors. De toute façon, ce jour-là j'étais souffrant. Si il avait appelé, j'aurais pu lui dire de passer un autre jour. Parce que j'aimais bien discuter avec lui même si il me gavait parfois avec ses défaites amoureuses causées par son égoïsme. En même temps, les défaites amoureuses, moi, j'y suis abonné aussi. Alors je ne vais pas tirer sur son ambulance si je ne veux pas qu'on me dégomme la mienne à coup de mortier de 180.
Bref, j'ai essayé de l'appeler. J'avais besoin d'aide l'année dernière. Même si ça m'aurait coûter de demander... parce que je n'aime pas moi, demander la charité. J'avais déjà demandé à ma soeur. Oui... et la réponse fut claire et nette. Niet. Enfin, « non ». Ma soeur ne parle pas le russe. Elle a déjà du mal à s'exprimer en français, alors le russe hein. Enfin, elle sait parler quand même. Enfin, elle sait surtout trouver des mots pour critiquer les autres. Parce que tout le monde en prend pour son grade avec ma soeur... Mais on s'en fout.
Donc, oui, j'avais téléphoné à mon meilleur ami. Les amis, et surtout les meilleurs amis, c'est fait pour ça non ? Et bien, j'ai raccroché lorsque j'ai entendu la voix de cet enfant. Je ne voulais pas déranger. Parce que je n'ai plus de réelle famille.
Bien sûr, mon meilleur ami ne m'a jamais rappeler non plus.
Et puis, il y a l'autre ami qu'il me reste. Il est sympa. Ça oui. Il aide pas mal de gens. Et même moi il m'a bien aidé. Son écoute est précieuse. Je devrais dire que son écoute était précieuse. Parce qu'à chaque fois que je le vois, c'est surtout moi qui écoute. Cela me fait plaisir de l'écouter. Ne vous y trompez pas. Mais j'aimerais qu'il m'écoute aussi. Oui, j'aimerais poser des mots sur mes problèmes aussi. Oui, j'aimerais qu'on discute aussi. J'ai besoin de parler. Juste parler afin de ne pas devenir muet. Parce que je ne parle presque plus à personne. À part aux commerçants. À part aux gens comme ça. Mais je ne parle plus. Je n'échange même plus. Même plus avec mon médecin. Oui, je sais c'est bizarre. Mais tout est bizarre dans ma vie.
Et je me rends compte que le troisième ami, comme les autres en a rien à faire de moi.
Je me rends compte que je n'ai plus personne dans ma vie. Plus personne.
J'étais l'ami de pas mal de gens autrefois. Surtout lorsqu'on avait besoin de moi. Oui, surtout ça.
Je ne peux compter sur personne. Non personne...

Prochain article. Mes amours. Ne riez pas. Vous verrez, c'est époustouflant !